7 - MAIS JE FAIS UNE CHOSE : J'OUBLIE...

Publié le par May

FACE AU DIVORCE


 

7. MAIS JE FAIS UNE CHOSE : J’OUBLIE….

 

Php 3:13  …. ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière …

 


Chaque promesse divine s’accompagne de la puissance nécessaire pour l’accomplir.

 

« n’aie donc pas peur, ne te sens plus humilié, car tu ne seras plus déshonoré, mais tu oublieras l’humiliation de ta jeunesse… tu ne penseras plus au déshonneur que tu éprouvais avant.. » Esaïe54.4

 

« ne pense plus au passé, ne te préoccupe plus de ce qui est derrière toi, car Je vais accomplir quelque chose de nouveau, on le voit déjà paraître, n’allez-vous pas le reconnaître ? Je vais même ouvrir des routes dans le désert et faire couler des rivières dans lieux arides ! «  Esaïe 43.18-19

 

Dieu a prévu de bonnes choses pour ma vie et je ne veux pas rater cette opportunité en baissant les bras devant mon épreuve.

 

Car : « les malheurs du passé tomberont dans l’oubli… Réjouissez-vous donc et ne vous arrêtez pas de crier votre enthousiasme pour ce que Je vais créer. » Esaïe 65.17-18

 

J’ai lu que Dieu peut introduire de l’ordre au cœur du chaos et faire jaillir la beauté de la vie de cendres refroidies.

 

Dieu est le meilleur des rédacteurs, quand Il fait une introduction, c’est certain qu’Il fera une conclusion. C’est le développement qui reste difficile à vivre, mais vu les promesses de la conclusion, il en faut la peine.

 

Comme Joseph, j’apprends à découvrir le but ultime du plan divin caché derrière le malheur qui me frappe aujourd’hui.

 

En fin de compte le chagrin me force à faire face à la souffrance qui me déchire, sous le regard de Celui qui, seul, peut panser mes plaies.

 

J’apprends des choses sur Dieu que j’ignorais jusque là et je progresse dans ma foi.

 

Je comprends les termes comme : mettre son armure, garder le silence.

 

J’affronte la tête haute, tout ce qui veut me faire peur, car chaque fois que je prends la foi, la peur s’amenuise et je grandis dans mon assurance de pouvoir surmonter le prochain obstacle.

 

La peur c’est la foi en ce que dit Satan. Mais Satan n’est pas mon maître, alors je rejette ses paroles et ses actes, et je me confie en Dieu qui seul à préparé un avenir de bonheur pour moi.

 

La crainte reste un sentiment présent devant l’inconnu, mais la peur ne me domine plus.

 

Je me bats pour réaliser mon rêve qui est de servir Dieu là où Il le veut.

J’en ai rêvé lors que mon mariage, par un soutien inconditionnel au ministère que je voyais Dieu mettre en mon mari. Et même si aujourd’hui les choses semblent dire le contraire, je sais ce que Dieu m’a dit. Je le verrais s’accomplir.

 

Ma mission n’est pas de vivre le plus longtemps possible, mais le plus intensément possible.

Et cette intensité, je veux la vivre en Christ.

 

Tout ce processus est l’acheminement vers le rêve que j’ai reçu.

 

Comme Joseph, je suis rejeté, vendu, mis en prison, mais mon heure vient où en un instant je prendrais ma place pour être aux côtés du Roi, où seul Lui aura autorité sur moi.

 

J’ai beaucoup mis dans mon grenier durant mes jours de vaches grâces. Alors puisque est venue la période des vaches maigres, je tire de ma réserve jusqu’au jour ou les pluies de la première et de la dernière saison  reviendront arroser mes champs.

 

 

Ce renouvellement n’est pas instantané. Je dois continuer et acquérir davantage de maturité, accepté d’être poussé au-delà de mes limites et pardonner sans cesse avant d’être délivré de mes souvenirs douloureux.

 

Plus je regarde vers le ciel, plus les douleurs de la terre disparaissent.

 

Dieu fait toujours exactement ce qu’Il dit. Il accomplit toujours ce qu’il à promis et confirme toutes ses promesses, quelles qu’elles soient (2Cori 1.19-20)

 

La grâce de Dieu est bien plus importante que mon passé, alors je m’approche avec confiance.

 

Comme Pierre, je sors de la barque, et j’ose avancer sur l’eau de mon épreuve, car Jésus est à portée de main.

 

Je ne ferais pas comme les dix espions en Terre Promise. Je ne regarderais pas à la hauteur de mes géants, mais la hauteur de mon Dieu.

Quelqu’un à dit : Ne dit pas à Dieu la grandeur de tes problèmes, mais dit à tes problèmes, la grandeur de ton Dieu.

 

Je ferais comme les deux autres Caleb et Josué, et je dis avec foi, « Avec l’aide de Dieu je peux réussir, c’est Son combat ». (Nombres 14v8)

 

Je range mon épée dans son fourreau et le laisse Jéhovah-Sébaoth, (L'Eternel des armées) mener batail.

 

Dieu ne m’a pas appelé à tomber, Il m’a donné le secret pour résister au vertige : « Garde les yeux fixés sur Jésus ».


Mon rôle est de servir là où je suis, même dans la fournaise. Alors pas de médiocrité !

 

Le berger des bons pâturages, sait me sauvegarder dans la vallée, sa houlette me rassure et son bâton me protège. 

 

Je me réjouis donc, car je ne fais pas la traversée seule. Et ce que j’hériterais là haut, ne saurait être comparé aux sacrifices d’aujourd’hui.

 

Je jette mon filet  et pas l’éponge et je continue, car « toute arme forgée contre moi sera sans effet… »

 

Le Dieu qui ressuscite les morts, est Celui que je sers et Ce Dieu bénit toujours ceux qui se confient en Lui.

 

 

 

 


Publié dans TEMOIGNAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article