FACE AU DIVORCE : CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE

Publié le par May

CE QUE VOUS NE DEVEZ PAS FAIRE


FACE AU DIVORCE : CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE 

 

Lors de l’annonce d’un séparation ou d’un divorce, nous  subissons un choc qui bien souvent nous emmène à des réactions brutales que nous regretterons certainement plus tard et qui compromettront notre éventuelle réconciliation.


Après beaucoup de lecture voilà en résumer ce que j’ai retenu de ce qu’il ne faut pas faire quand notre conjoint nous annonce une telle nouvelle.

 

§        Évitez les insultes, l'ironie, les sarcasmes

Menacer ou insulter votre conjoint ne ferai que le conforter dans son choix. Il se dirait qu'il/elle a bien fait de vous quitter.

Posez-vous la question suivante : comment est-ce que je réagirais si il m’insultait, ou si il m’agressait verbalement ?

Serais-je  prêt à l’écouter  après cela ? Certainement pas.

Cela ne fera que renforcer le manque de considération qu’il vous porte à ce moment précis.

Il se dira : « je réalise aujourd'hui à qui j'avais affaire ». « Qu’elle femme méchante et cruelle ».

 

 

§        Evitez les menaces

Évitez les menaces du type « De toute façon, tu ne pourras plus jamais trouver personne », ou « Comment vas-tu sans moi, qui gérais tout ? ». Cela ne fera que déclencher une bagarre qui risque de compromettre sérieusement vos chances de réconciliation ultérieure.

 

 

§        Arrêter de poser sans cesse les mêmes questions qui n'ont de toute façon pas de réponse

Lorsque votre conjoint vous annonce sa décision de vous quitter ou de prendre du recul, la première question qui viendra naturellement à votre esprit sera « pourquoi ? ». Il y a de fortes chances pour que la réponse soit confuse, peu claire ou même qu'il n'y en ait pas. Arrêtez-vous là. Ne vous obstinez pas. Ne reposez pas à 25 fois la même question. Elle restera sans réponse. Votre conjoint est dans une confusion énorme lui aussi. Il est sans doute incapable de rationaliser suffisamment ce qui l'a amené à avoir cette attitude. Et même si c'est le cas, la réponse qu'il donnera à cette première question amènera en vous d'autres questions. Ne rentrez pas dans ce jeu de questions et de réponses car vous allez user est fatiguer davantage encore votre partenaire qui n'aura qu'une envie, c'est de s'encourir encore un peu plus loin de vous. Essayez de vous contenir, de garder votre frustration pour vous-même et d'encaisser le coup tout en restant respectueux de votre partenaire. Vous aurez ensuite le temps dans les jours ou les semaines qui suivent de construire une stratégie valable pour arriver à trouver la réponse à ces questions.

 

 

§        Ne rejetez pas la faute sur votre partenaire

Une relation est le fait de deux individus. Ces deux individus portent la responsabilité de ce qui arrive à leur relation. Ne faites pas porter toute la responsabilité de ce qui arrive à votre époux. Ce serait nier l'essence même de ce qui construit une relation amoureuse. Cela vous mettra également en position difficile car la seule solution que vous ayez pour pouvoir un jour recoller les morceaux est d'abord d'accepter votre part de responsabilité afin de pouvoir y remédier et changer les choses.

Nier votre responsabilité signifie que vous ne ferez aucun effort pour remédier à la situation et dès lors la séparation sera inéluctable.

 

 

§        Ne manquez pas de respect à votre partenaire !

La règle la plus importante est de surtout ne pas manquer de respect à votre partenaire à ce moment précis. Vous pouvez exprimer votre émotion sous forme de pleurs, ou de tristesse. Mais n'exprimez pas de la colère. Si vous devez exprimer de la colère, de la frustration, éloignez-vous et vivez cela seul. Sortez, allez vous promener, criez dans la nature. Isolez-vous et frappez l'oreiller de votre lit. Mais ne faites pas l’erreur de manquer de respect à votre partenaire. C'est un être humain. Sa décision est l'acte d'un être humain libre et la pire des choses que vous pourriez faire à ce moment-là est de nier ce droit fondamental à la liberté. Nous avons tous le droit de choisir le cours que nous voulons donner à notre existence. Toute expression de rage, de colère, de violence, de négation de l'autre, pourrait compromettre vos chances de récupérer votre partenaire.

 

 

§        N’essayer pas de contrôler l'autre

Une réaction très commune dans ce type de situation est la recherche de contrôle. Vous allez essayer de contrôler votre conjoint par la force afin de le terrasser et de lui faire rendre raison. C'est certainement la pire des réactions. Un couple est une relation entre deux individus qui cherchent tous deux un bénéfice à cette union. Contraindre l'autre, c'est se retrouver dans une relation où l'un gagne et l'autre perd. Une relation valable se construit à deux. C'est donc une très mauvaise solution. 

 

 

§        Ne posez pas d'ultimatum

Un ultimatum est censé mettre l'autre sous pression. Vous n'êtes pas en mesure de faire des menaces. Qu'avez-vous en votre faveur ? Rien. Il a décidé de vous quitter. Donc ce n'est certainement pas dans un rapport de force que vous obtiendrez quelque chose mais plutôt dans la conciliation, dans l'ouverture.

 

 

§        Lâchez prise sur votre partenaire que ce soit dans les faits ou dans les gestes.

Votre époux ne vous appartient pas, (selon la loi des hommes) c'est une personne libre.

N’essayez pas de le contrôler que ce soit par les mots, par des arguments émotionnels ou même physiquement en faisant preuve de violence. Cela ne ferait qu'empirer le ressenti de votre conjoint qui se confortera dans son choix. Il se dirait que décidément, il a bien fait de quitter l’être que vous êtes qui est totalement incapable de respect envers lui.

 

 

§        Ne rentrez pas dans le rôle de l'inquisiteur qui cherche à connaître tous les derniers faits et gestes de votre partenaire.

Cette attitude est aussi fréquente. À peine votre époux vous a t-il annoncé la terrible nouvelle que vous vous mettez à vous poser 1000 questions sur ses faits et gestes récents. Vous vous mettez à l'interroger comme le fera la police secrète d'une dictature.

Arrêtez immédiatement ce type de comportement. Du point de vue de votre époux, cette attitude consiste une fois encore à nier son autonomie et sa liberté d'être humain et à le ramener au rang d'un objet qui vous appartient ou d'un enfant devant rendre compte de ses faits et gestes à ses parents.

 


§       
N'espionnez par votre partenaire.

Ne jouez pas au détective privé et ne commencez pas à suivre votre partenaire à la trace dans sa vie de tous les jours. À nouveau je vous demande de vous mettre à sa place et de réfléchir à ce que vous ressentiriez si vous étiez à votre tour espionnée, suivie, harcelée.


Tiré de : Comment sauver mon couple de P.GREGOIRE


FACE AU DIVORCE : CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE 

Publié dans REFLEXIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

http://droit-famille-caso.fr 01/07/2016 19:00

Je trouve que ces conseils sont vraiment intéressants et qu'au fond ils sont réellement plein de sagesse.

Michel 19/10/2009 15:50


Sans doute : même si je peux ici faire figure de vilain petit canard, pouvant difficilement entrer dans la catégorie de..."toutes celles qui passent par ce chemin si difficile " !!!


May 19/10/2009 16:04



Peu importe, le vilain petit canard à été adopté par une gentille poule il me semble.

Créer tous à l'image de notre Dieu, nous ressentons la douleur de la même manière



Michel 18/10/2009 13:25


C'est amusant (si je puis dire) : les dix points traités ici sont parfaitement conformes à de l'expérience vécue. À un détail près, soulignant ô combien l'abandon au Dieu de l'impossible n'est plus
une option, mais le passage obligé : quand ces dix points brossent succinctement un portrait plus vrai que nature... d'un conjoint "demandeur".


May 19/10/2009 14:42


Ah Michel !

je vois que tu a certainement connu ce chemin combien escarpé que beaucoup passe aujourd'hui.
S'il est vrai que c'est dix points sont vrai, la seule qui soit  vraiment vrai, c'est l'abandon au seul Dieu de l'impossible.
C'est vrai, pour ma part j'ai commis toutes ces erreurs, et c'est quand je me suis abandonné à Dieu que la paix est revenue et que ma sérénité à commencé.


Deborah-Esther LIEBER 09/10/2009 20:39


Ce n'est que lorsque on est passé par l'école de Disciple que l'on peut devenir Maitre à son tour... C'est le pourquoi de nos souffrances, ou du moins d'une grande partie.

Il ne faut faire qu'un pas à la fois... car si on en fait deux ? mais peut-on en faire deux ???
Il a promis qu'Il ne nous laisserait pas et Il est fidèle : Lui ne te lâchera jamais la main : aies confiance !
Amicalement


May 09/10/2009 21:11


C'est vrai, pour devenir Maître faut passer par l'écolde du Disciple

amen

et ce un pas à la fois, car comme tu le sous-entend, faire deux à la fois adviendrait à sauter, et sauter  garanti la chute, mais le pas à la fois stabilise et garanti de la chute


Deborah-Esther Lieber 09/10/2009 17:16


BRAVO "THE PATRIOTE" !

Continue !
Résiste !
La victoire est au bout et elle est assurée car Dieu est le Dieu de l'IMPOSSIBLE !

http://la-mort-nous-separe.over-blog.org/
http://adultere-et-divorce.over-blog.net/

LE ROYAUME DE DIEU - http://www.royaume-de-dieu.org/


May 09/10/2009 19:10


Merci pour l'encouragement, merci de prier pour que je continue la résistance, car si l'ennemei m'a livré batail, mon assurance est en Christ.
Merci beaucoup cela m'encourage et je veux donner cette envie aux autres qui traverse ce même chemin.

CAR DIEU EST LE DIEU DE L'IMPOSSIBLE ammmmmmmmmmmen !