EN GUERRE CONTRE L'ADULTERE ET LE DIVORCE

Publié le par May


  En guerre contre l’adultère et le divorce

 

 

Voilà que l’exception est devenue la règle dans nos églises. Ces péchés qui autrefois nous offusquaient et nous faisaient tombés dans une profonde tristesse, sont désormais vulgarisés parfaitement intégrés dans notre décor et ne nous étonnent plus. « Nous les prévoyons même avant les mariages ».


Nous devons réagir, car le retour de Christ est proche et la Bible nous dit que Dieu hait le divorce (Mal. 2v16) et que les adultères n’hériteront pas du royaume (1 Cor 6, 9-10)

Mais si nous ne sommes plus qu’une assemblée de divorcé et d’adultère, que viendra chercher le Christ à son retour.


Tant de foyers brisés, de couples en souffrance, d’enfants en perditions pour qui Dieu n’est plus qu’une vaste fable pour esprit simple, car notre témoignage leur ferme les portes du salut.


Ils voient dans les lieux où la morale, le respect, la foi et la FIDELITE devraient être des bannières tendu haut, que perversion par la pratique de ce qu’on veut leur interdire.

Eh oui ! C’est entre-nous que ces choses se font. Entre « frères » et « sœurs ».


C’est à notre honte, c’est un sacrilège !


Nous ne devons plus détourner nos regards. Dieu nous tiendra pour RESPONSABLES.


Les familles sont la force de l’Eglise et de la société. C’est donc un travail de fond que fait Satan et nous ne devons pas lui donner la main d’association. En détruisant ce socle, notre société même est ébranlée.


L’Eglise à des âmes à sauver. Elle ne doit pas permettre au péché se s’asseoir sur ses bancs.

Nos dirigeants sont touchés, et ne peuvent nous aider. Mais chacun est responsable de lui-même et de son prochain, alors nous devons réagir et partir en guerre.


Nous sommes l’armée de l’Eternel et si l’armée ne combat pas qui combattra.


Dieu a choisi de nous associé à sa victoire, mais pour cela faut combattre, faut abattre.

 


NOTRE MISSION EST DE VAINCRE !


Le CHEF de notre armée JESUS est prêt pour la bataille, mais Il attend que les troupes soient motivées, car notre mission est de vaincre.


Pour Lui la victoire est déjà acquise, mais Il attend de nous que nous la faisions paraître aux yeux de tous par un combat cinglant, non contre la chair et le sang, mais contre cet esprit méchant qui non seulement pose le péché chez nous mais nous fait accepter cet état de fait comme inévitable et irréversible.


Notre communauté est destinée à être un PHARE dans la nuit : (Math 5:14 Vous êtes la lumière du monde),


une LUMIERE sur le sentier  : Math 5:16 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.


le SEL de la terre :  Math 5:18  Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.


Si nous ne donnons plus de saveur, ne montrons plus le chemin qu’aurions encore à perdre notre temps à nous réunir tous les samedis ou dimanches ?


Pour devenir pire ?


Pour bafouer  le Saint Nom de notre Sauveur ?

 

Choisissons notre camps et restons-y au lieu de tout ce faux semblant qui ne fait qu'entacher la mission du Christ en nous.


Si Jésus est monté au ciel,  le Christ est resté sur terre, pour être vu à travers nous par nos oeuvres.  2Cor3:3  Vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les coeurs.


Reconnaissons une chose, le péché est attaché à notre nature, mais sachons nous repentir car nous serons puni plus sévèrement.


« le chat quand il se salit, se lèche et se nettoie, mais le porc lui se vautre dedans »

 


La question est : QUI SOMMES NOUS VRAIMENT ????????????????????

                              

                                    QUI JE SUIS VRAIMENT ??????????


Voir : www.patrioteduroyaume.over-blog.com


 

Publié dans REFLEXIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maguy Mag 06/05/2015 05:16

bonjour, j'aurais aimé avoir une soeur avec qui échanger, je suis dans une procédure de divorce et mon mari en quelques jours a trouvé une femme du monde et il veut tout accélerer

May 21/10/2009 21:22


Pour Colombe

Tout comme Michel je reste sûre qu'entamer le divorce c'est ouvrir une porte à l'enfer, car certainement tu n'en sortira pas gagnante et tes enfants en souffriront.
Il est vrai que cette injustice nous mine, mais ne soyons vengeur, car le Seigneur saura tirer justice Lui-même de ces situations. De plus tu t'exposera à l'adultère ou à un remariage qui ne sont
ni l'un ni l'autre à la gloire de Dieu.

Voir le site http://la-mort-nous-separe.over-blog.org/


Michel 21/10/2009 18:35


Allons bon : voilà que même chez quelqu’un comme Colombe, le sol conjugal s’écroule sous ses pieds ! À bien des égards, nous ne vivons décidément pas une époque « ordinaire », ce genre d’épreuve
semblant prendre un malin plaisir (et je n’emploie pas cet adjectif tout à fait par hasard…) à s’acharner sur ceux qui, aux yeux du monde, devraient en être le plus à l’abri.
Au-delà de l’évidente compassion que suscite une telle situation, et selon la formule consacrée, cette intervention de Colombe m’interpelle ô combien dans mon vécu ! Je voudrais donc revenir sur
certains points qu’elle aborde, en les reconsidérant de l’œil du « vilain petit canard » : c’est-à-dire, de l’homme et non de la femme. Non pour les opposer à plaisir (on en voit assez le résultat
sur un site tel que celui-ci), mais pour aborder le sujet un peu à la manière de Mr Gray (cf. « les hommes viennent de Mars ; les femmes viennent de Vénus… »)

Tout d’abord, l’aspect matériel : loin d’être anodin puisque faisant écho à un aspect plus spirituel. Au cœur de l’épreuve, que faisons-nous ? La réponse s’inscrit un peu en filigrane dans la
lettre aux Romains d’hier. De deux choses l’une : ou nous contribuons à ce que la grâce surabonde au cœur du péché (y compris le nôtre, bien sûr), ou nous cédons à la tentation –subtile, il est
vrai- de MULTIPLIER le péché. Cette tentation, je la connais bien pour l’avoir rencontrée. Elle est tout simplement celle de lancer une procédure de divorce… y compris pour « protéger les enfants
». Argument que je connais bien : mes enfants aussi, écœurés et protégés pour longtemps de la « justice » de leur pays. Trois ados sont aujourd’hui privés de leur père par la violence, sans que nul
ne les aie consultés à ce sujet… et sans que nul n’aie consulté leur propre père !!! L’aspect matériel n’est pas du tout évoqué sur le site de May, plus axé sur le côté spi. Il n’empêche qu’il est
bel et bien là, à ranger dans la catégorie des « structures de péché » telles que les dénonçait en son temps un illustre homme en blanc. Alors, n’ayons pas peur… de paraître cynique en disant que
le divorce est un MARCHÉ : je le dénonce notamment –et PUBLIQUEMENT- comme tel depuis un certain temps chez moi. Par exemple dans cet article :
http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2009/01/11/comment-divorcer-d-un-divorce.html
Et sans doute depuis que je le dénonce notamment comme tel, les premiers profiteurs de ce marché ne m’ont guère épargné. Qu’à cela ne tienne : je ne les épargne pas non plus, ce qui m’a valu des
tentatives ignobles de poursuites contre ma personne sous le chef dérisoire « d’outrage à magistrat ». Ces tentatives ont à ce jour échoué, puisque si elles étaient fondées je ne serais plus là
pour l’écrire. Toute cette boue pourquoi ? Parce qu’au départ une épouse a lancé une procédure de divorce : cette procédure est aujourd’hui avortée, frappée d’illégalité depuis la première seconde.
Car je n’ai pas d’avocat, ce qui est VOLONTAIRE. JE NE VEUX PAS contribuer à entretenir de quelque manière des structures qui ont brillamment démontré une rare capacité de multiplication
peccamineuse. Je m’en suis pris plein la gu…, ai été condamné à quantité d’amendes invraisemblables dont je n’ai heureusement JAMAIS versé le quart d’un centime, ai été lamentablement expulsé de ma
propre maison sous les yeux de mes enfants à titre de « locataire » (!) alors que j’en suis légalement le co-propriétaire avec mon épouse, puis ai été enfermé un mois durant (le mois de Marie, pour
être plus précis…) dans un pseudo « hôpital » au sein duquel j’ai dû me battre pour ne pas me faire empoisonner… pardon, « soigner », enfin ai atterri dans un T2 d’étudiant dans lequel je suis
toujours.

Ce qui m’amène au second point évoqué par Colombe. Elle a sorti son mari de sa drogue au début. Pour ma part, mon épouse a tenté de m’entrer dans la drogue à la fin, de guerre lasse. Car ne nous
leurrons pas : ce qu’on « soigne » dans l’établissement où j’étais incarcéré en mai, on le « soigne » avec des drogues dures. Elles sont légales, c’est tout. « supporter durant 10 années sa
maladie… » Aïe : de quelle « maladie » parle-t-on ? Je crains le pire quand c’est un autre que le « malade » lui-même qui dit la « supporter ». Le pire, c’est bien sûr l’une de ces « maladies » que
l’on « soigne » là où j’ai dû lutter pour ne pas me faire « soigner ». « Une liaison avec une amie commune » : du point de vue spirituel, l’adultère est patent et il n’est pas question de le
minimiser. Ce qui n’interdit pas d’essayer d’en mieux cerner le contexte. Pour ma part, cela fait plus de deux ans que je supporte l’étiquette de « malade » qui a été répandue entre autres par mon
épouse, sur mon compte. Une telle étiquette TUE NET la confiance, dans un sens comme dans l’autre. Et quoi qu’on en dise, quand bien même on afficherait les plus hautes espérances spirituelles,
celles-ci ne sont plus qu’airain et cymbales, selon le fameux mot de saint Paul. Dans le vécu réel, concret du « bien-portant », l’espérance s’est déplacée pour se réduire au « médical ». Comme
j’en ai déjà fait part ici même dans un de mes précédents commentaires, la planète psy produit d’énormes dégâts chez les « bons cathos » : je n’ai autour de moi que des gens de cette catégorie,
tous aux bottes de la planète psy, autour de laquelle ils tournent en orbite comme une mouche se fait piéger sur un ruban collant.
« et lui part comme un gamin » : soit. Le fait est qu’un étiqueté « malade » est objectivement traité comme tel : tout ce qu’il pense, tout ce qu’il dit, tout ce qu’il fait est quasiment réduit à
néant parce que systématiquement réinterprété en fonction d’une grille réductrice de lecture, relative à sa « maladie ». Un ange pourrait descendre du ciel pour prendre sa défense, il ne serait pas
cru davantage (cf. la fin de la parabole de Lazare et du mauvais riche…). En de telles conditions, quand dans son propre foyer l’affection n’a plus qu’un sens « pathologique », la tentation est
énorme d’aller chercher des consolations affectives à l’extérieur. Parce que nous sommes faits pour aimer, tout simplement ; et que toute situation asséchant l’amour est proprement
insupportable.

« pas de soutien de la part de mon pasteur,de mes frères et soeurs..UNE HONTE » Voilà encore un point qui est redoutable… et que je partage pleinement, étant dans le même cas : depuis deux ans, je
suis humainement SEUL contre tous. Ce qui m’a permis de mettre en lumière un aspect encore méconnu du divorce : contrairement à ce qui est véhiculé, cela va bien plus loin qu’un conflit entre deux
personnes. C’est donc mon épouse qui a lancé une procédure de divorce : je n’y ai matériellement contribué en strictement rien. Tous les jugements et condamnations ont été effectués par contumace.
Tout –absolument TOUT- est en ligne sur mon site, afin que chacun prenne enfin conscience des conséquences concrètes de tels actes. Mon épouse a bénéficié de soutiens phénoménaux, tant dans sa
famille que dans la MIENNE. Sans parler de tous ceux dont elle a profité par ailleurs, aussi bien dans le domaine privé que dans le public. Une majorité écrasante de ces soutiens appartient à la
planète catho, beaucoup pouvant même être rangés parmi des piliers d’Eglise. UNE HONTE… mais pas du même côté que Colombe ! Des actes d’une iniquité inouïe ont été posés par le ministère public, à
mon encontre, sans que PERSONNE n’y trouve à redire. Justice et vérité se sont embrasées : il n’en reste que des cendres froides. Lamentable « témoignage » de la planète catho, parce qu’elle s’est
mise sur l’orbite de la planète psy : c’est comme si nous remplacions le soleil par la lune. Question : divorcerait-on aussi facilement sur la planète catho si les candidats procéduriers ne
rencontraient pas des complicités aussi massives chez les leurs ?...
Alors, « pas de soutien » ? Désolé de paraître un peu dur à l’égard de Colombe : mais… et si c’était une bénédiction ?
Elle fait ce qu’elle veut, bien sûr. Mais il faut savoir que lancer une procédure de divorce, c’est ouvrir une porte de l’enfer. Ce qui ne souffre aucune exception.

Et enfin : si nous sortions de l’eau bouillante des grenouilles ?
http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2008/07/30/conte-de-la-grenouille-cuite.html


May 21/10/2009 21:08



Toi Michel ton témoignage me touche beaucoup car ton chemin à connu bien des tournant dangeureux.
Je t'encourage car je vois que tu es fort dans ta tête.
Il est vrai que mon site n'aborde que le côté spi du divorce, car il faut dire que n'ayant pas d'enfant et par la grâce de Dieu disposant de moyen me permettant de faire face, le côté matériel ne
m'a pas été un poids
Deplus dans cette epreuve c'est un chemin vers le Chrsist et son caractère que j'empreinte.
Néanmoins je suis ravie de ta remarque et si ton site à toi porte des réponse sur ce domaine je serais ravis de mettre un lien sur le mien pour la redirection de ceux qui en aurons besoins.

Demain j'irai visiter ton site et on en reparlera

Courage et rendez-vous au sommet 



Colombe777 20/10/2009 14:46


que dire si ce n'est que je vis ce que tu vis en ce moment...mari parti pour une autre...me laissant dans les dettes...c'est moi qui vais faire la procédure de divorce...lui ne me veut plus....m'a
répudiée...pas dans une lettre mais par ses mots...il se disait prophète...en novembre2008 le SE me montre qu'il a une liaison avec une amie commune...j'attrappe gentiment cette amie...plus rien
jusqu'en janvier ou tout reprend de plus belle...texto pornographique à l'appui...tous ces mensonges...ses soit disantes prophéties attestées par l'assemblée...tout cela me donne envie de
vomir..alors pour protéger mes enfats...oui je lance la procédure de divorce...je l'ai sorti de sa drogue au début...payer ses dettes...supporter durant 10 années sa maladie...et lui part comme un
gamin
pas de soutien de la part de mon pasteur,de mes frères et soeurs..UNE HONTE
courage à toi


May 20/10/2009 16:39


Salut Colombe

merci de ton témoignage, je vois comment ta douleur est grande. Merci aussi de ta compréhension car il est vrai que ce chemin de trahison est très dur, mais Dieu est grand pour nous apprendre à le
traverser. Je reconnais que la vallée de l'ombre de la mort n'est fait que pour être traversé, pas pour y rester. C'est dommage que ceux qui se disent chrétiens, serviteur du Maître fassent de tels
actes, mais sachons travailler sur nous même et trouver la force de pardonner, car c'est une occasion pour nous de devenir meilleure
Je te souhaite à toi aussi du courage et prie pour ton avancement en Christ


Michel 19/10/2009 15:24


L'aspect spy ? Le "y" aidant, je subodore une interversion de frappe : nous parlons bien de l'aspect psy ?
"Mais ce qui reste dommage c'est que le milieu qui connaît la vérité sur ce sujet se laisse dépassé par cette philisophie du libre arbitre qui s'est installer là."
Dommage ? Le mot est faible ! Précisément parce que ce milieu ne la connaît PLUS cette vérité, lui en substituant une autre qu’il feint de concilier avec la première alors qu’elles sont
parfaitement antinomiques. En fait de philosophie (à la lettre : "qui aime la sagesse"), c’est celle du bernard-l’ermite qui s’est installée : on garde la coquille externe afin qu’elle couvre toute
autre chose que ce qu’elle est censée protéger…


May 19/10/2009 15:49


Tout a fait d'accord