3 - L'ADULTERE

Publié le par May

FACE AU DIVORCE


 

3. L’ADULTERE

 

Pr 6:32  Mais celui qui commet un adultère avec une femme est dépourvu de sens, Celui qui veut se perdre agit de la sorte 

 

 


 

Et puis ….un jour…

 

…. J’ai appris que mon mari avait une maîtresse…

 

La douleur qui traversa mon âme aspira mon sang du bas vers le haut, et je senti mon cerveau exploser dans ma tête.

Mon cœur s’arrêta de battre quelques secondes et j’eu la sensation que la terre avait arrêté de tourner ou plutôt avec pris une accélération si rapide que mon cerveau ne pouvait plus contenir  mes pensées.

 

En un mot, mon monde c’est écroulé.

 

Faut dire que je ne suis pas une personne très facile, mais je ne pensais pas être si invivable que cela, alors la culpabilité à fait sa chambre chez moi.

 

Je me suis mise à revoir, repasser, ressasser, toute ma vie depuis ma rencontre avec mon mari.

 

J’ai commencé à regretter, à accuser, à rechercher un coupable.

 

Qui, oui mais qui ? Dieu, mon mari, moi, mais POURQUOI ?

 

Une seconde, je me sentais forte, prête à affronter, puis la seconde d’après je sombrais dans la déprime, mes émotions jouaient aux montagnes russes toute la journée et surtout la nuit.

 

Ah ! la nuit, moment que je redoutais, car le spleen fidèle au couché du soleil s’accordait aux  ténèbres pour me susurrer idées morbides et gestes irréparables.

 

Je commençais à comprendre la misère de cette femme, certainement tiraillée pendant des nuits, tourmentée et déboussolée qui fini derrière les barreaux, laissant mari libre de continuer sa vie d’adultère.

 

Jusqu’alors ce divorce était basé sur moi et mon comportement en inadéquation avec ma belle famille.

 

Je demande à Dieu de me révéler les choses, car à part mes soupesons, je n’ai pas de preuve tangibles, et je ne peux pas dire à mon mari que je sais qu’il a une relation illicite avec la fille que sa mère hébergeait.

Et puis un soir de Juillet 2008, un rêve, clair mais foudroyant. J’en sort tremblante avec le cœur qui bât la chamade, et la sueur au front.

 

Il est près de 4h du matin, mais j’envois un « sms » à mon mari et lui dit que je sais tout. Il ne me répondra qu’un mois plus tard le 14 Août 2008 pour tout me confirmer.

 

Je suis anéanti, mais bizarrement, ce jour là mon mari se montre attentionné et compréhensif.

Beaucoup de choses néfastes s’étaient passé de chaque côté depuis mon renoncement au divorce et sa déclaration d’adultère.

L’esprit de vengeance et les troubles émotionnels  nourrissaient  les débuts de nos conversations souvent très longue.

 

Mais sans savoir pourquoi, nous continuions à nous voir avec toujours le même désir de partager des moments intimes.

 

Ces moments réjouissant pour moi devaient rester un secret pour sa famille, et cela me révoltait, car sa vie d’adultère était établée devant leurs yeux, mais la possibilité de reconstruire notre mariage était taboue.

 

Alors, en colère je décidai en Décembre 2008, de faire savoir à l’autre que mon mari me voyait encore (grossière erreur, ne parler JAMAIS à l’autre).

 

Mon mari m’a incendié, me menaçant de mort avec toute la cruauté qui va avec.

 

Il décida dès lors d’entreprendre sa deuxième démarche de divorce.

 

Je priai Dieu, qui me demanda de ne rien entreprendre en retour, car Lui est mon avocat et si l’on me prend ma chemise, je dois donner aussi mon manteau.

 

Je reçu les papier en Janvier 2009 avec pour témoin toute sa famille.

J’ai beaucoup pleuré, mais je restais calme. Il était écrit que si je ne prenais pas de conseil, les torts me seront attribués de fait.

Mais je ne me défendrai pas d’avoir aimer et d’aimer encore mon mari, même avec ma maladresse, je sais que mon amour pour lui est vrai.

Dieu seul était présent lors de nos difficultés, Lui seul donc connaît vraiment l’histoire et les motivations de cœur de chacun.

 

Audience en Février 2009. Je me présente « seul » et mon mari avec son avocate qui me demande où est mon défendeur. Je lui signifie que Jésus est mon défendeur. Puis la Juge me demande « voulez-vous divorcer » je répond « non » et je m’en vais.

 

Le 17 et 21 Février 2009, je rêve que l’autre est enceinte, et j’en informe mon mari ainsi que l’autre qui m’envoie balader. Je passe pour une folle en délire, mais moi aussi je suis troublée par ce rêve qui le 28 Mars 2009 sera confirmée par la bouche même de mon mari venu me rendre visite.

 

Nouveau coup de massue, j’en veux à Dieu, POURQUOI ?

J’ai prié pour la réconciliation, pourquoi l’adultère et la grossesse ? Qu’ai-je fais au ciel pour qu’il s’acharne sur moi de la sorte ? Cette femme n’à rien avoir avec le plan de Dieu pour mon couple, alors pourquoi ce lien ?

 

Je souffre dans ma chair, j’ai le sentiment que Dieu n’interviendra plus ma en faveur, tout est tellement ambigu et sale.

 

Je me sens sale

 

J’interroge Dieu, mais pas de réponse. Je reste là………….

 

Je souffre énormément, car toute la famille de mon mari le soutien dans son choix de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié dans TEMOIGNAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carine 08/07/2013 17:41

ton article m'a retournée, j'ai connu des choses similaires mais dieu merci je n'étais pas mariée.. J'espère qu'aujourd'hui les choses se sont arrangées de ton côté, ce genre de choses nous rendent
plus fortes !